Promotion allaitement maternel Suisse

Colloque 2018 Zurich

 
13 september 2018 13:30 h Universitätsspital Zurich (en allemand, pas de traduction)




Programme >>
2.25 CERPs L, 2.5 e-log ASCL (aussi reconnu de FSSF et ASI), 1 ASDD



Un grand merci à l'hôpital universitaire de Zurich, à Promotion Santé Suisse et à Medela AG pour leur soutien au symposium.


 

 

Diabète gestationnel et allaitement maternel – sont-ils compatibles ?
Dr med. Cora Vökt, médecin spécialiste en gynécologie et obstétrique FMH, consultante en lactation IBCLC

Introduction
Les modifications hormonales liées à la grossesse causent un besoin accru d’insuline chez la future mère. Lorsque son pancréas n’est pas en mesure de couvrir ce besoin par une augmentation de la production, il en résulte un diabète gestationnel. Si celui-ci n’est pas détecté ou pas traité, le taux de glucose élevé est transféré, via le placenta, au fœtus, qui réagit en augmentant sa propre production d’insuline. Cette insuline ne peut pas franchir la barrière vers le placenta, et son taux élevé favorise la croissance du fœtus et l’accumulation de graisse. Les bébés sont alors d’une taille et d’un poids trop importants, ce qui rend l’accouchement plus difficile et augmente le risque d’interventions chirurgicales, de dystocies des épaules et de césariennes.

Après l’accouchement 
Une fois le cordon ombilical coupé, le glucose de la mère n’est plus transféré au fœtus. Il manque alors le substrat pour l’insuline produite en abondance quand l’enfant se trouvait encore dans l’utérus, ce qui peut provoquer des hypoglycémies graves et persistantes. Le transfert à l’unité de soins intensifs en néonatologie peut s’avérer nécessaire et, par conséquent, une séparation de la mère et de l’enfant. Dans la plupart des cas, il est possible d’éviter les hypoglycémies graves par une alimentation précoce et la surveillance du taux de glucose. Il a été démontré que le lait maternel, c’est-à-dire le colostrum, peut stabiliser le taux de glucose chez le nouveau-né de manière plus efficace que l’alimentation aux substituts du lait maternel. Étant donné que pas tous les enfants boivent suffisamment de lait maternel (ou qu’il n’est pas facile d’effectuer un contrôle), la Société Suisse de Néonatologie recommande de proposer une préparation initiale après la tétée à tous les nouveau-nés ayant un risque accru d’hypoglycémie, et ce jusqu’au moment où la quantité de lait maternel est suffisante. Pourtant, ce procédé entrave souvent le début et la durée de l’allaitement.

L’exposé contribue à l’élucidation des questions suivantes

la présentation

Obtention du colostrum pendant la grossesse – pourquoi, quand, comment ?
Christa Herzog-Isler, Consultante en lactation IBCLC, formatrice d’adultes diplômée, Collaboratrice de l’Institut Européen pour l’Allaitement Maternel et la Lactation, Spécialiste en alimentation des enfants avec des fentes labio-palatines

En relation avec le diabète gestationnel et la directive concernant le procédé chez les nouveau-nés, l’obtention prépartale de colostrum gagne en importance.
Chez les nouveau-nés de mères diabétiques, il faut s’attendre à une hypoglycémie temporaire après la naissance. L’obtention pré- ou postpartale de colostrum est un excellent moyen de combler la période critique des 30 minutes post partum et d’éviter, dans la mesure du possible, l’utilisation d’aliments formula. Des données concernant l’augmentation de la quantité de lait sont présentées ainsi que des cas exemplaires pour différentes indications d’obtention de colostrum.

L’accent sera mis sur la procédure à suivre en pratique.
Des suggestions sont présentées pour un concept qui peut être mis en œuvre à l’hôpital. Celui-ci contient les points suivants :
  • Responsabilité, transfert, réseau
  • Directives écrites, formation
  • Mise en œuvre à l’interne et à l’externe
  • Motivation des mères, informations avant l’accouchement, flyer
  • Instructions pré- et postnatales
  • Matériel pour stocker le colostrum
  • Feed-back des mères après l’accouchement au moyen d’un questionnaire

la présentation

Échange et vente de lait maternel : risques et enjeux

Jacqueline Barin, M.Sc., Haute école spécialisée bernoise HAFL, Sciences alimentaires, Alimentation et santé

Introduction
Si l’utilisation de lait de donneuses non pasteurisé est de plus en plus populaire, elle suscite également des controverses. Cependant, les connaissances sur la manière de laquelle le lait de donneuses est utilisé et le fonctionnement des marchés en Suisse font encore défaut. L’étude initiée par Promotion allaitement maternel Suisse avait pour objectif d’analyser les motivations, les pratiques et les expériences de mères qui ont participé à des réseaux privés d’échange de lait maternel. De plus, les sources de lait maternel disponibles en ligne ont été examinées en ce qui concerne les bases légales, les prix, la participation, la qualité et la sécurité.

Méthodes
Une recherche bibliographique et une recherche en ligne au sujet de l’échange et la vente de lait maternel ont été conduites. Par le biais de contacts avec des groupes actifs dans les médias sociaux, des mères qui avaient récemment donné ou reçu du lait maternel ont été invitées à des entretiens.

Résultats
Plusieurs plateformes en ligne consacrées à l’échange ou la vente de lait maternel ont été identifiées. Pourtant, elles n’offraient qu’une responsabilité limitée ou pas d’informations détaillées sur la réduction du risque. Des entretiens ont été menés avec cinq mères adhérant à un groupe sur Facebook qui participaient à une bourse de lait maternel. Toutes les participantes ont évoqué des défis concernant l’allaitement et surtout du stress émotionnel ou psychique. Les mères d’enfants qui recevaient du lait de donneuses ont indiqué qu’elles ne produisaient pas assez de lait, qu’elles étaient malades ou qu’elles devaient retourner au travail. Leurs préoccupations concernaient le tabou, l’incompréhension (le mépris) et la stigmatisation liée à l’utilisation du lait de donneuses. Au fil des contacts personnels ou en ligne avec les donneuses, elles ont toutefois réussi à établir des relations basées sur la confiance. Selon leur avis, les avantages dépassent les risques. Elles ont préféré le lait de donneuses non pasteurisé aux préparations pour nourrissons. Les participantes étaient confiantes que les donneuses n’avaient aucune mauvaise intention. Dans la pratique, les screenings, les contrôles médicaux approfondis, les tests sanguins et les protocoles d’hygiène ont été effectués de différentes manières voire pas du tout.

Conclusions
En Suisse, il n’existe aucune base légale pour l’utilisation du lait de donneuses. L’augmentation de la demande se traduit par une offre croissante d’échanges informels de lait de donneuses. Les femmes qui ont participé à l’étude voulaient atteindre leurs objectifs d’allaitement mais ont éprouvé des limites posées par le système. Toutes les participantes ont mentionné des expériences positives, notamment en ce qui concerne le soutien reçu dans le groupe sur Facebook, l’échange d’informations et l’atteinte des objectifs d’allaitement. Pourtant, l’absence d’un suivi médical, d’infrastructures, de réglementations et de l’accès aux banques de lait de donneuses comporte des risques pour la santé des mères et des nourrissons. Les résultats de cette étude pourraient contribuer à mieux comprendre les besoins des mères et à encourager des interventions dans le domaine de la santé publique, des pratiques cliniques et des stratégies visant à promouvoir la santé des mères et des nourrissons.


la présentation



Adresse
de fr it en
0
Semaine mondiale                    >Colloques                                 >2018 Lausanne2018 Zurich2017 Lausanne 2017 Zurich 2016 Lausanne 2016 Zurich 2015 Lausanne 2015 Berne 2014 Fribourg 2014 Zurich 2013 Genève 2013 Teufen 2012 Zurich2011 Bern InfopostInformations aux médias