Promotion allaitement maternel Suisse

Symposium 2018 Lausanne

 
Compétence transculturelle

4 septembre 2018 14:00 h, Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV)


La Suisse est un pays cosmopolite qui accueille sur son sol beaucoup d’étrangers soit pour du travail, soit pour fuir un pays, soit pour s’y installer de façon définitive et goûter la quiétude de ce joli pays.
Au CHUV comme ailleurs, nous avons besoin d’améliorer nos connaissances sur les différences culturelles et réduire les barrières existantes. C’est pourquoi il nous a paru important de vous proposer un symposium sur ce sujet.
La compétence transculturelle, voilà un grand mot, décrit la faculté d’interagir professionnellement dans un contexte de migration. L’aspect central de cette compétence est de discerner les besoins de l’accouchée et de sa famille, d’en déduire les actions adaptées à la situation tout en tenant compte des valeurs et des croyances de chacun.
L’objectif de ce symposium est d’apporter un soutien aux spécialistes qui s’occupent des femmes et des familles étrangères vivant en Suisse.

3.25 L CERP, 2.5 e-log ASCL (aussi reconnu de FSSF et ASI)


Un grand merci au centre hospitalier universitaire vaudois, à Promotion Santé Suisse et à Medela AG pour leur soutien au symposium.

 

Venir au monde : Les rites de l'enfantement sur les cinq continents  (Lise Bartoli, 2007) ; L'allaitement et la migration

Valérie Avignon, Sage-femme MSc in Midwifery

La lecture du livre de Lise Bartoli montre qu’il existe de très nombreux rites et coutumes autour de la naissance. L’allaitement n’est pas exclu de ces rites et coutumes traditionnels dont certains se retrouvent même dans des régions très différentes du monde. Certaines de ces croyances peuvent entrer en conflit avec nos propres certitudes, croyances ou certitudes scientifiques. Connaître ces croyances est un premier pas. Comprendre en quoi la migration peut avoir un impact sur l’allaitement en est un autre. Arriver dans un nouveau pays, dans une nouvelle culture influe sur les attitudes, et en particulier celle concernant l’allaitement, chez les mères et chez les pères. Pour aider ces couples nous devons changer notre approche, pas seulement en tenant compte de leur culture et de la façon individuelle dont elle se modifie au contact de la nôtre mais aussi en tenant compte de notre propre culture et de la façon dont elle interfère dans notre jugement : il nous faut développer nos compétences transculturelles.

la présentation
Comment penser et accompagner l’allaitement à l’ère de la superdiversité ?

Patricia Perrenoud, professeure HES associée

Les professionnels de la santé ont pour objectif d’offrir des soins et un accompagnement personnalisés à chaque famille quelle que soit son origine sociale ou culturelle. Dans un monde devenu globalisé depuis quelques décennies – impliquant une migration des personnes, des objets, et des idées – ces professionnels s’interrogent sur les adaptations que la conséquente diversité implique pour leur quotidien. Cette présentation propose tout d’abord une réflexion éthique et pratique autour de définitions importantes pour questionner le culturel. Issue de l’anthropologie, cette réflexion souligne l’importance d’actualiser nos façons de parler de culture pour être opérationnels au quotidien et pour respecter la personnalité des personnes soignées. Ensuite, plus concrètement, la présentation abordera des résultats de recherche touchant à la grande diversité des représentations et des pratiques autour de l’allaitement. Fidèle à l’approche anthropologique, il s’agira notamment de relier ces représentations et pratiques aux contextes sociaux qui les influencent. En d’autres mots, il s’agira de voir comment en prêtant plus attention au contexte social, médiatique, et économique, l’on parvient finalement à porter une attention plus fine à la personne.

la présentation

Côté pratique ; l’allaitement en situation de déracinement

Odile Evequoz, sage-femme indépendante

Les mamans en situation de migration – beaucoup d’entre elles primo-arrivantes et seules, vivant dans des foyers d’accueil – sont déracinées et ont perdu les repères et la sécurité que leur environnement familial et culturel leur offrirait comme soutien dans le pays d’origine. Elles se trouvent confrontées à des difficultés d’adaptation à la langue, au rythme de vie, aux conditions socio-économiques précaires dans lesquelles elles doivent accueillir leur enfant. L’isolement constitue le plus grand problème pour elles. Il peut les entraîner insensiblement dans une forme larvée de dépression à bas bruit. La plupart de ces femmes allaitent et ne se posent pas la question d’un éventuel choix de sevrage. L’allaitement lui-même est naturel et se passe sans problème. Leur bon sens inné les guide spontanément. L’allaitement leur apporte même la sécurité de l’attachement à leur enfant, à qui elles peuvent se référer affectivement et pour qui leur nouvelle vie dans leur pays d’accueil prend un sens. Les difficultés qui sont accrues si elles vivent seules et/ou séparées du père de leur enfant viennent souvent de leur adaptation pénible au rythme de vie et aux habitudes culturelles différentes pour elles, au manque de relais, à l’espace restreint de leur lieu de vie, à l’absence de leur mère et de leurs proches, tout cela engendrant chez elles un stress qui se transmet au nouveau-né et se traduit chez l’enfant par un état nerveux, des pleurs fréquents et des difficultés d’endormissement, un manque de sommeil chez la mère, un manque d’entrain et d’appétit, une hypogalactie, etc.

la présentation 1ère part
la présentation 2ème part
Les banques de lait maternel en Suisse: défis et opportunités

Jacqueline Barin, M.Sc., Haute école spécialisée bernoise HAFL, Sciences alimentaires, Alimentation et santé

Introduction
L'allaitement protège la santé de la mère et du nourrisson. Cependant, si le lait de la mère biologique est limité ou indisponible, l'OMS recommande le lait maternel provenant d'une banque de lait comme deuxième meilleure alternative. Les banques de lait sélectionnent les donneurs, collectent, traitent, pasteurisent, stockent et distribuent le lait humain des donneurs pour les nourrissons hospitalisés. Cependant, tous les hôpitaux en Suisse n'ont pas accès à une banque de lait. Il n'y a pas de banque de lait en Romandie et les 7 banques de lait existantes en Suisse sont situées uniquement dans les régions germanophones. Ceci présente des disparités géographiques et linguistiques pour accéder au lait de donneur sûr. En outre, les banques de lait existantes sont confrontées à de nombreux défis et doivent adapter leurs pratiques à une population croissante et culturellement diversifiée. Peu de recherches ont été effectuées sur les banques de lait en Suisse. Par conséquent, l'objectif de l'étude, menée par la Promotion Allaitement Maternel Suisse, est d'examiner les pratiques et les défis des banques de lait existantes et de comprendre les barrières des hôpitaux sans banques de lait. Les résultats de cette étude peuvent approfondir la compréhension des besoins des banques de lait afin de développer des interventions de santé publique, des pratiques cliniques et des politiques appropriées qui favorisent la santé et la sécurité maternelles et infantiles.

Méthodes
1. Des entretiens ont été menés avec le personnel hospitalier (infirmières, consultantes en allaitement, chefs d'équipe) de 6 banques de lait en Suisse.
2. Des entretiens ont été menés auprès du personnel hospitalier de 7 services de néonatalogie dans des hôpitaux sans banque de lait.

Résultats
Les pratiques de banque de lait en Suisse ont été jugées hétérogènes. Le personnel des banques de lait a exprimé des différences régionales et culturelles, en plus des défis logistiques. En ce qui concerne la compétence transculturelle, on a constaté que les musulmans étaient le groupe de population le plus hésitant à accepter le lait maternel provenant d’une banque de lait en raison de leur croyance en des « frères et soeurs de lait ». Cela a une signification pour les approches culturellement appropriées pour les banques de lait dans le cas de groupes de population divers résidant en Suisse. Les hôpitaux sans banques de lait connaissent de nombreux obstacles tels que le manque de clarté du financement, le manque de leadership et la demande croissante du public.

Conclusion
Les banques de lait font face à un certain nombre de défis et ne sont pas également accessibles dans tout le pays. Une population diversifiée exigera des approches sensibles à la culture pour le personnel des banques de lait. La propagation des banques de lait en Suisse exigera un financement clair, un leadership hospitalier, des interventions de santé publique et une volonté politique.

la présentation
Full Report

Adresse
de fr it en
0
Semaine mondiale                    >Colloques                                 >2018 Lausanne2018 Zurich2017 Lausanne 2017 Zurich 2016 Lausanne 2016 Zurich 2015 Lausanne 2015 Berne 2014 Fribourg 2014 Zurich 2013 Genève 2013 Teufen 2012 Zurich2011 Bern InfopostInformations aux médias