Promotion allaitement maternel Suisse

Symposium à Zurich 2019

29 août 2019, l'après-midi 

Le microbiome pendant la grossesse, l’accouchement et la période d’allaitement (en langue allemande)

Chaque être humain vit avec un grand nombre de bactéries qui forment son microbiome. La diversité du microbiome est étroitement liée au système immunitaire de l’organisme ; les fonctions immunitaires ne se développent essentiellement que sous l’influence du microbiote. Lors du symposium organisé par Promotion allaitement maternel Suisse, trois exposés mettront en lumière les connaissances en matière de microbiome pendant la grossesse, l’accouchement et la période d’allaitement.



Programme >>


2.5 L CERP
2.5 e-log ASCL (aussi reconnu de FSSF et ASI)
1 Points ASDD
3 Credits SSP
                
         




Soutien apporté par  Promotion Santé Suisse, Medela AG EFFIK.

Le microbiome en périnatalité : qu’en savons-nous ?
Dr med. Natalia Conde, Médecin spécialiste en gynécologie et obstétrique FMH

Depuis plus d’un siècle, on partait du principe que le fœtus se développe dans un environnement stérile et qu’il ne reçoit et forme son microbiome qu’à la naissance. De nouvelles études remettent en question cette hypothèse et postulent une « colonisation in utero ». Si cette affirmation s’avérait correcte, cela aurait une grande influence sur notre compréhension de l’unité fœtomaternelle.
Environnement stérile ou colonisation in utero ? La question n’a pas encore trouvé de réponse définitive. Bien que les études et les expériences sur les animaux montrent des voies possibles et des explications pour une colonisation prénatale, il faut également tenir compte des points critiques qui semblent plausibles. Le sujet est passionnant et des recherches supplémentaires seront nécessaires pour déterminer avec certitude si nous accueillons des « sooners » in utero ou non.


Dr Stephanie Ganal-Vonarburg,Clinique universitaire de chirurgie viscérale, Hôpital de l’Île, Department for BioMedical Research (DBMR), Université de Berne

À la naissance, le bébé passe de l’environnement stérile et protégé de l’utérus à un monde infesté de bactéries. Des microorganismes – le microbiote commensal – commencent à coloniser toutes les surfaces du corps. Après quelques jours seulement, il y a deux fois plus de bactéries dans l’intestin qu’il y a de cellules dans tout le corps.
En règle générale, les nouveau-nés survivent sans problème à cette invasion soudaine de bactéries. Cependant, plus de six millions d’enfants de moins de cinq ans meurent encore chaque année dans le monde, la plupart d’entre eux à cause d’infections intestinales et de dénutrition. Le problème crucial après la naissance réside dans le fait que les microbes doivent coloniser l’intestin sans pourtant infecter le nouveau-né et sans restreindre la capacité de l’intestin à absorber les nutriments.
Nous avons réussi à démontrer que des métabolites bactériens qui proviennent de la flore intestinale maternelle sont transférés à l’enfant par le placenta pendant la grossesse et par le lait maternel après la naissance. Ces composants bactériens contribuent de façon significative à la maturation du système immunitaire et protègent l’enfant au cours de la colonisation par le microbiote qui a lieu immédiatement après la naissance.

Les aspects centraux abordés lors de l’exposé :
  • aperçu de la recherche fondamentale dans le domaine « microbiote et hôte »
  • hypothèse concernant l’hygiène
  • explication de la notion « Neonatal Window of Opportunity »
  • présentation de données originales qui démontrent l’influence de la flore intestinale de la mère sur la maturation du système immunitaire du nouveau-né

Dr med. Christian Kahlert, médecin-chef infectiologie et hygiène hospitalière, Hôpital pédiatrique de Suisse orientale, St-Gall

Il n’existe guère de contre-indications au lait maternel. Même en cas d’infection par le VIH, l’allaitement maternel est aujourd’hui soutenu en Suisse, sous certaines conditions, si la mère le souhaite expressément. Au cours des dernières années, les recherches ont démontré de plus en plus clairement que le lait maternel n’est pas seulement un aliment pour l’enfant mais qu’il a également une influence significative sur la composition des populations bactériennes de l’intestin (microbiome intestinal) et sur le développement du système immunitaire. L’exposé présente les bases de ces nouvelles découvertes et montre l’importance de l’allaitement maternel pour la prévention des maladies dites de civilisation. Son objectif est de contribuer à une compréhension générale de ces interdépendances qui devraient désormais être prises en compte lors des conseils en allaitement.


 
Adresse
de fr it en
0
Semaine mondiale                    >Symposiums                               >2019 Zurich2019 Lausanne2019 Locarno2018 Lausanne2018 Zurich2017 Lausanne 2017 Zurich 2011-2016PolitiqueInfopostInformations aux médias